EDITORIAL

 Retour page d'accueil

 

 

Cibistes et "surmodulation"

 

Avec le développement de l'Internet et des réseaux sociaux, la bande des 11 mètres était devenue quasiment déserte.

Mais la pandémie ayant entraîné plusieurs confinements, les cibistes ont sorti leur matériel du placard et sont de retour sur les ondes.

En dehors des interminables conversations concernant leur micro, leur chambre d'écho et leur table de mixage inutile, on entend régulièrement le terme de "surmodulation".

 

Tout radioamateur ou professionnel de la radio sait qu'un émetteur est surmodulé lorsque son taux de modulation est supérieur à 100 %. Pour faire simple, le niveau de l'audio est trop important par rapport au niveau de la porteuse. Il en résulte une déformation du signal, jusqu'à le rendre incompréhensible.

 

Mais pour un raison que j'ignore, le cibiste qui dit à son correspondant qu'il est surmodulé ne met pas en cause son émetteur. Il veut lui signaler par là qu'un autre émetteur est présent sur la fréquence, recouvrant tout ou partie de son signal.

Rien à voir donc avec la surmodulation. Il faudrait tout simplement parler de brouillage, ou QRM.

Mais justement, chez les cibistes, le QRM, ce sont les parasites, alors qu'en réalité si on veut respecter le code Q, les parasites c'est le QRN.

Quand au taux d'ondes stationnaires, le TOS, il est devenu le Toast !

Suite logique de la passion du cibiste pour les apéritifs, convivialité oblige…

 

A la manière des "fake news" sur les réseaux sociaux, il a suffi qu'un jour un cibiste étale son ignorance sur les ondes pour que les nouveaux arrivants répètent les mêmes erreurs.

Le plus difficile, c'est de rétablir la vérité. Reste ensuite à passer la licence pour devenir radioamateur, et faire de la vraie radio.

 

 

 

Le nouveau monopole

 

En cette année 2021, nous fêtons ce que l'on appelle en France la libération de la bande FM.

Libération ou libéralisation ? Les mots ont leur importance.

 

Les évènements récents nous confirment que la privatisation n'a pas apporté la liberté.

Concernant Europe 1, c'est plutôt le contraire.

 

A sa création en 1955, Europe n°1 installe son émetteur en Sarre, tout près de la frontière française. Le monopole de la radio d'état lui interdisant d'implanter son émetteur en France, elle sera donc une radio "périphérique", tout comme Radio Luxembourg, Radio Monte Carlo et Radio Andorre.

 

Mais l'état français ne tolérant aucune radio privée, y compris à nos frontières, il va devenir actionnaire majoritaire d'Europe 1, par l'intermédiaire de la Sofirad (Société Financière de Radiodiffusion). Il en sera de même pour Radio Monte Carlo et Sud Radio, cette dernière ayant été créée de toutes pièces par la Sofirad, afin de concurrencer Radio Andorre.

 

L'état sera également présent dans le capital de Radio Luxembourg, via l'agence Havas.

Seule Radio Andorre est restée totalement privée, mais elle le paiera très cher, en étant harcelée par les autorités françaises tout au long de son existence (voir notre dossier sur Radio Andorre).

 

Malgré la présence de l'état dans leur capital, nos radios périphériques disposaient quand même d'une certaine marge de manœuvre. Ce fut le cas en particulier en mai 1968, où RTL et Europe 1 diffusent leurs reportages en direct des barricades, malgré la réticence des autorités.

 

Au milieu des années 80, les radios périphériques sont autorisées à diffuser en FM sur le territoire national. L'état français vend ses actions, la Sofirad est dissoute.

 

La principauté d'Andorre refuse de renouveler les concessions de Radio Andorre et Sud Radio.

Radio Andorre disparaît en 1981. Sud Radio s'installe à Toulouse, avant d'être privatisée et revendue à plusieurs reprises.

Le dernier actionnaire en date, le groupe Fiducial, clôt définitivement l'histoire de cette radio du sud.

Seule la marque "Sud Radio" est conservée, pour en faire une talk radio parisienne servant les intérêts politiques de son actionnaire.

 

En 2000, Radio Monte Carlo a subi à peu près le même sort. Le groupe NextRadio TV a seulement conservé la marque "RMC" pour créer une radio parisienne où la musique est totalement absente.

 

RTL est la seule station privée à avoir conservé un véritable format généraliste, en évitant de trop bouleverser sa grille de programmes, ce qui lui a permis de rester très populaire auprès de son auditoire.

 

A Europe 1, c'est le contraire. Dès que l'audience diminue, on change tout.

Résultat, les auditeurs perdent leurs repères et vont voir ailleurs, l'audience diminue, on rechange tout, et ainsi de suite…

 

A sa privatisation en 1986, la radio a été cédée à Jean-Luc Lagardère, homme d'affaire à la tête d'un empire industriel.

Son héritier Arnaud Lagardère a vendu une grande partie des activités paternelles pour se recentrer sur les médias.

Devenu actionnaire minoritaire de son propre groupe, et en conflit avec une partie des autres actionnaires, il tente de sauver sa place à la tête du groupe Lagardère en faisant entrer le loup dans la bergerie, en la personne de Vincent Bolloré.

 

Ce dernier impose un rapprochement avec sa chaîne de télévision C-News, très orientée politiquement. Plusieurs humoristes d'Europe 1 sont débarqués sans ménagement, pour avoir simplement osé se moquer gentiment de la nouvelle ligne éditoriale.

En juin 2021, Europe 1 connaît la première grève de son histoire.

 

Certains journalistes sont écartés, remplacés par d'autres dont les opinions sont plus en phase avec celles du nouvel actionnaire.

Le 23 juin 2021, en couverture du journal Libération, on peut lire ce titre : "le spectre de la bande FN", où l'on voit le micro d'Europe 1 partiellement recouvert de la bonnette de C-News.

 

A l'époque du monopole, l'état est parfois intervenu dans la gestion des radios périphériques, qui étaient en quelque sorte des "radios privées étatiques". Mais jamais avec une telle violence.

 

Ces gros actionnaires considèrent les radios comme de simples "produits" dont ils peuvent disposer à leur guise afin de servir leurs intérêts politiques et commerciaux.

Une radio n'est pas un produit, ou une marque. Une radio c'est une équipe de personnes motivées, qui ont l'amour de leur métier. Et à l'autre bout de la chaîne, ce sont les auditeurs, qui vivent avec cette radio. Un ancien dirigeant d'Europe 1 parlait même d'ADN.

 

L'intervention de l'actionnaire dans la ligne éditoriale est une grave erreur, qui vaut en partie à la France d'être assez mal placée dans le classement de Reporters Sans Frontières.

 

Après les longues années de monopole de la radio publique, de 1945 à 1981, nous attendions tous une libération. Mais en fin de compte, nous aurons eu une simple libéralisation, c'est-à-dire une ouverture au privé, dans des conditions néfastes à la démocratie et au pluralisme.

Un nouveau monopole est né.

 

 

 

Anniversaires

 

En France, l'année 2021 est marquée par plusieurs anniversaires.

Même si la radiotélégraphie est plus ancienne, la première émission de radiophonie, comme on disait à l'époque, a été diffusée en novembre 1921 depuis la Tour Eiffel, sous l'impulsion du Général Ferrié.

Nous fêtons donc cette année les 100 ans de la radiodiffusion en France.

 

Il y a 40 ans, le 10 mai 1981, François Mitterrand était élu Président de la République Française.

Durant la campagne électorale, le candidat Mitterrand avait promis la fin du monopole de la radio et de la télévision, qui était en vigueur depuis la seconde guerre mondiale.

 

Entre les deux tours de l'élection présidentielle, des sondages officieux donnaient déjà François Mitterrand vainqueur au second tour.

S'appuyant sur ces sondages, de nombreuses radios pirates, restées jusque là plus discrètes à cause de la loi en vigueur, ont commencé à diffuser des émissions plus régulières.

 

Après l'élection du nouveau Président, les émissions pirates ont continué.

Avec l'entrée en vigueur de la nouvelle loi, les premières autorisations ont été délivrées, et les radios pirates ont cédé la place à des radios associatives, où la publicité y était interdite.

 

Contre l'avis de son ministre de la communication Georges Fillioud, François Mitterrand a finalement autorisé les radios commerciales, puis les réseaux.

A partir de 1986, les radios "périphériques" qui émettaient alors en AM depuis les pays frontaliers, ont été autorisées à émettre en FM sur le territoire national.

 

A ces deux anniversaires, nous ajouterons plus modestement celui de notre première émission en ondes courtes, diffusée le 6 juin 1982. C'était il y a 39 ans sur 7325 kHz.

Nous avons fêté cet anniversaire le samedi 5 juin 2021 avec une émission spéciale diffusée sur 6070 et 9670 kHz. Ce programme est disponible en Podcast.

 

 

 

Hommage à Radio Andorre

 

Suite au refus du Conseil Général d'Andorre de renouveler sa concession, Radio Andorre a cessé ses émissions le 9 avril 1981. Plus de détails ici.


Quarante ans plus tard, le 12 avril 2021, en hommage à la station andorrane, le hit parade dont la diffusion était prévue le 12 avril 1981 a été mis en ondes pour la première fois, sous la forme d'une reconstitution présentée par Max Lafontaine.

 

Max Lafontaine a débuté à Radio Andorre de 1977 à 1979, avant de faire une brillante carrière sur Radio Monte-Carlo, Télé Monte-Carlo, Radio France, Nostalgie, RTL et Europe 1. Il anime maintenant Max La Radio sur Internet.

La diffusion a eu lieu en ondes courtes depuis le centre émetteur de Moosbrunn en Autriche avec une puissance de 100 kW, sur la fréquence de 6180 kHz, et en parallèle sur Internet.

 

Le programme a été produit à l'initiative de Christian Milling du Shortwave Service en Allemagne, avec l'aide de Christian Ghibaudo et des archives de Jean-Marc Printz, éditeur du site Internet Aqui Radio Andorra.

 

Cette émission est disponible en Podcast sur notre site Internet.

 

 

 

RMC, que les bas salaires lèvent la main !

 

Officiellement à cause de l'épidémie Covid-19, prétexte qui tombe à pic si j'ose dire, la chaîne de télévision RMC Sport News a fermé définitivement le 2 juin 2020. Les salariés de la chaîne l'avaient appris par la presse.

 

Cette fermeture préfigure une vague de licenciements au sein du groupe Altice, qui possède la radio RMC, et les chaînes de télévision BFM-TV , BFM Business, RMC story, RMC découverte et RMC Sport. Mais rassurez-vous, les plus hauts salaires ne seront pas touchés !

Paradoxalement, BFM-TV a considérablement augmenté son audience depuis le début de l'épidémie. Cherchez l'erreur…

 

Depuis plusieurs années, RMC a dépassé Europe 1 dans les sondages d'audience, ce qui a provoqué l'euphorie au sein de l'ex-station monégasque.

Avec l'humilité et la délicatesse que l'on connaît à RMC, ils s'étaient même permis de faire imprimer des T-shirts pour l'occasion. Mais aujourd'hui l'ambiance n'est plus à la fête…

 

 

 

Née en 2000, France Bleu fête ses 40 ans !!

 

Le 19 mai 2020, Radio France a fêté les 40 ans du réseau France Bleu.

En fait, le 19 mai 1980 voyait la naissance à Lille de Fréquence Nord, qui deviendra Radio France Fréquence Nord, puis France Bleu Nord en 2000.

 

Bien que les radios régionales du groupe existaient depuis longtemps, il s'agissait en fait de la première radio décentralisée de Radio France, qui sera suivie de Radio Mayenne à Laval en juin 1980, puis de Melun FM en septembre.

Cette dernière a aujourd'hui disparu, absorbée par France Bleu 107.1 en Ile de France.

 

En réalité, France Bleu est née il y a seulement 20 ans, à l'initiative de Jean-Marie Cavada, alors PDG de Radio France.

France Bleu est le résultat de la fusion entre Radio Bleue, destinée aux seniors, qui émettait en ondes moyennes, et le réseau des radios locales de Radio France, qui émettait en FM.

 

 

 

Europe 1 et RMC : la fin des Grandes Ondes

 

RMC

 

Si vous avez bien suivi l'évolution du paysage audiovisuel, vous savez que Radio Monte Carlo a cessé ses émissions en 2001, rachetée par NextRadio, devenue NextRadio TV, société présidée par Alain Weill.

 

Les studios de Monaco ont été fermés, la quasi-totalité du personnel licencié. Par la suite, les émissions locales ont disparu.

Installée en région parisienne, la nouvelle station s'est d'abord appelée RMC Info, puis RMC.

La musique a disparu définitivement de l'antenne, le slogan étant "Info, talk, sport". Donc une radio thématique qui se prétend généraliste.

 

Le succès commercial de l'opération est indiscutable, en particulier avec la création par la même société de plusieurs chaînes de télévision, dont BFM-TV.

Il n'en reste pas moins vrai que l'utilisation du nom de RMC est une imposture.

Pendant la cérémonie de mariage du Prince Albert de Monaco, cette pseudo RMC diffusait… le tour le France !

 

La radio a continué à émettre en ondes longues depuis le centre émetteur de Roumoules

(Alpes de Haute-Provence) géré par MMD (Monaco Media Diffusion).

La station ne souhaitant pas renouveler le contrat, les émissions sur 216 kHz ont cessé le 28 mars 2020, sans aucune annonce. Ironie du sort, la station est désormais inaudible dans la région de Roumoules, qui n'est pas couverte par la FM !

 

Cet arrêt fut encore plus discret que celui d'Europe 1, car contrairement à Radio Monte Carlo, et son format "musique et infos", les programmes de l'actuelle RMC n'intéressent guère les auditeurs étrangers, et on les comprend.

Que le "Moscato Show" et autres "Grandes Gueules" ne soient plus audibles dans les pays voisins est plutôt une bonne nouvelle pour l'image de la France !

 

 

Europe 1

 

Depuis 1955, la radio privée française Europe 1 émettait en ondes longues depuis Berus, sur le plateau de Felsberg, dans la Sarre, qui est aujourd'hui un Land allemand.

Cet émetteur fut à l'époque installé à l'étranger afin de contourner le monopole de la radio instauré en France après la 2ème guerre mondiale. Europe 1 était alors une radio "périphérique", tout comme Radio Luxembourg (RTL) ou Radio Andorre.

 

Le monopole de la radio a été abrogé dans les années 80, permettant à Europe 1 de louer un réseau d'émetteurs FM en France, qui sera remplacé dans quelques années par le DAB+.

 

Malheureusement, le réseau FM ne couvre pas la totalité du territoire, pas plus d'ailleurs que la téléphonie mobile. Ainsi, malgré la présence de la fameuse "appli" tant vantée par la station, pour inciter l'auditeur à écouter la radio sur son coûteux téléphone mobile, les ondes longues étaient souvent le seul moyen de recevoir la station. Il en était de même pour les auditeurs résidant à l'étranger.

 

Du 1er au 3 novembre 2019, la fréquence de 183 kHz est restée silencieuse.

Selon des informations concordantes, la direction aurait décidé de couper l'émetteur par surprise, afin de tester la réaction des auditeurs.

 

La station était de retour sur les ondes longues dès le lundi 4 novembre, mais pour une courte durée. Selon la version officielle, il s'agissait d'une maintenance de l'émetteur !

Or une maintenance, on est en mesure de l'annoncer plusieurs jours avant par des bandes annonces ainsi que sur le site Internet, ce qui n'a pas été le cas. On peut donc en déduire que la version officielle était très éloignée de la réalité…

 

Le 31 décembre 2019, l'émetteur a été définitivement arrêté à 23 heures 28, heure locale, en plein milieu d'un programme, sans aucune annonce préalable. Où est le respect de l'auditeur ?

D'abord on ment en prétextant une maintenance, puis on coupe sauvagement l'émetteur sans explication ! Extrait disponible ici (document Atlantic 2000).

 

Pour la FM et le DAB+, les autorisations sont délivrées par le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel pour une durée de 5 ans, et en principe, elles sont renouvelables.

Mais qu'adviendront ces autorisations d'émettre si un régime fâché avec la liberté d'expression arrivait au pouvoir en France ?

Dans ce cas, l'émetteur Grandes Ondes, implanté en Allemagne, permettrait à la station de continuer à émettre, en toute indépendance. En arrêtant cet émetteur, Europe 1 se prive de ce statut privilégié dont elle bénéficiait depuis sa création.

 

 

 

 

Emission spéciale : Radio Andorre, 80 ans

 

La Principauté d'Andorre a connu un rayonnement international grâce à la radio.

Radio Andorre a commencé officiellement ses émissions le 7 août 1939.

 

En hommage à la station légendaire de la Principauté, Atlantic 2000 a réalisé une émission spéciale consacrée aux 80 ans de la naissance de Radio Andorre.

 

Cette émission a été diffusée le samedi 10 août 2019 sur 6070 kHz et sur Internet, de 08:00 à 09:00 TU. L'émission est disponible en Podcast.

 

Ce programme a été très écouté. Sa diffusion a entraîné un grand nombre de connexions.

Nous avons reçu 2 fois plus de rapports d'écoute que d'habitude. Le Podcast a été très sollicité, et continue à l'être longtemps après la diffusion.

 

Il est remarquable de constater que même parmi les auditeurs qui ne comprennent pas le français, presque tous connaissent Radio Andorre, et ceci plus de 40 ans après la fin de ses émissions.

Un auditeur japonais nous a fait parvenir la copie d'une carte QSL qu'il avait reçue après avoir écouté Radio Andorre en ondes courtes depuis le Japon en 1980, alors que la puissance des émetteurs ondes courtes de Radio Andorre ne dépassait pas 10 kilowatts !

 

Le 13 septembre 2009, nous avions diffusé une émission spéciale à l'occasion des 70 ans de la naissance de Radio Andorre. Cette émission est toujours disponible en Podcast.

 

 

 

Silence, on démolit…

 

En mars 2018, RTL quittait définitivement les studios de la rue Bayard à Paris, pour s'installer à Neuilly, où se trouve également la chaîne de télévision M6, désormais propriétaire de RTL.

Depuis ce déménagement, l'immeuble historique du 22 rue Bayard a été démoli. La construction d'un nouvel immeuble est prévue.

 

A peine plus discrètement, les démolisseurs sont à l’œuvre du côté de la direction de M6. Se voulant seul maître à bord, Nicolas de Tabernost, président de M6, vient de remercier poliment le patron de RTL, Christopher Baldelli, qui était pourtant loin d'avoir démérité.

Quant à Elisabeth Martichoux, elle est priée d'arrêter son interview politique matinale. En réaction à cette décision, elle a décidé de quitter RTL pour LCI.

Petit doigt sur la couture du pantalon, je ne veux voir qu'une seule tête ! Ainsi va l'indépendance de la radio, version M6.

Mais peut-on encore parler de radio ? En effet, le successeur de Christopher Baldelli, Régis Ravanas, transfuge de TF1, est nommé  Directeur Général des activités audio du groupe M6, et non des radios.

 

Le samedi 24 novembre 2018, Europe 1 quittait définitivement ses locaux historiques de la rue François 1er, qu'elle occupait depuis 1955, pour s'installer rue des Cévennes, dans le 15ème arrondissement de Paris. L'immeuble de la rue François 1er va être entièrement rénové.

L'audience continue de chuter, malgré ou plutôt à cause des multiples changements de programmation. Pour mémoire, c'est ainsi que le groupe Lagardère avait enterré l'éphémère chaîne de télévision "La Cinq" en 1992.

 

Le fait que ces deux radios quittent leur siège historique pour s'installer dans de nouveaux locaux n'a rien de rassurant.

Lorsque Radio Monte-Carlo a quitté l'immeuble du 16 Boulevard Princesse Charlotte pour s'installer dans ses nouveaux locaux sur le port de Monaco, le déménagement a précédé de peu la fermeture de la station.

 

Fin 2000, Alain Weill démissionne du groupe NRJ, pour créer NextRadio. Après avoir racheté Radio Monte-Carlo, il licencie la quasi-totalité du personnel.

Depuis la région parisienne, il lance alors sur les anciennes fréquences de Radio Monte-Carlo, une nouvelle radio, RMC Info, où la musique est définitivement bannie de l'antenne. En 2005, avec la création de BFM-TV, NextRadio devient NextRadio TV. La réussite commerciale est indiscutable, mais en tant que telle, Radio Monte-Carlo n'existe plus.

 

Même scénario concernant Sud-Radio. Après avoir été chassée de la Principauté d'Andorre en 1981, la station s'est repliée sur Toulouse. Tout comme ses consoeurs citées plus haut, Sud-Radio déménage vers des locaux plus spacieux. Elle s'installe à Labège, dans la banlieue de Toulouse.

Les reventes successives de la station entraînent autant de nouvelles grilles de programmes, ce qui fait fuir l'auditoire. Le dernier démolisseur en date est le groupe Fiducial, qui à son tour licencie la majeure partie du personnel, en fermant les studios de Labège, pour s'installer à Paris en 2017.

De Sud-Radio, il ne reste donc que le nom.

 

Souhaitons à RTL et Europe 1 de ne pas subir le même sort.

 

 

 

Retour à la case départ

 

A la fin des années 70, aucune radio privée n'était autorisée en France. Radio France était la seule radio à pouvoir émettre depuis l'hexagone. C'était le monopole d'état, qui durait depuis la seconde guerre mondiale.

 

De ce fait, les radios privées françaises émettaient depuis les pays frontaliers : RTL au Luxembourg, Europe 1 en Allemagne, Sud-Radio et Radio Andorre en Principauté d'Andorre,

et RMC, théoriquement depuis Monaco.

 

Cette dernière bénéficiant d'une dérogation, ses émetteurs étaient en réalité sur le sol français. Comme elles étaient situées à la périphérie du territoire, on les appelait les radios "périphériques".

 

Sur la radio publique concurrente France Inter, on les appelait les "marchands de soupe", terme peu élogieux, qui faisait allusion aux très nombreux spots publicitaires diffusés à l'antenne.

 

En effet, pour écouter de la musique pendant dix minutes consécutives sur RTL, Europe 1 ou RMC, c'était mission impossible. Entre 7 heures et 9 heures du matin, vous deviez subir sur ces trois radios, souvent à la même heure, les revues de presse, horoscope, chronique économique, l'invité politique du jour, les jeux téléphoniques, les informations, le rappel des titres, la météo, les informations routières…

 

Et parfois, un petit bout de chanson que l'on coupait très vite pour passer la publicité qui envahissait l'antenne toute la journée.

 

Heureusement, dans le nord, on recevait les radios de haute mer : Caroline, Mi Amigo, puis, dans les années 80, Laser 558 et Monique.

 

Dans le sud, on pouvait écouter de la musique sur Radio Andorre et Sud Radio. Et le soir, Radio Luxembourg 208 couvrait toute l'Europe.

 

Puis arriva la fameuse libération des ondes. Au début des années 80, des centaines de stations firent leur apparition sur la bande FM.

 

Mais contrairement à la Grande-Bretagne et aux Pays-Bas, où les ondes ont été libérées par des radios de haute mer à dominante musicale, la France a choisi d'autres voies.

 

Bon nombre de radios étaient à caractère politique ou associatif, avec des programmes sans grand intérêt.

 

Quant aux radios musicales, c'était surtout la quantité, mais pas la qualité. En 1981, une radio libre française, c'était un émetteur relié à un magnétophone autoreverse, diffusant toute la journée la même bande musicale.

 

Passé l'amateurisme du début, de véritables radios musicales sont apparues.

 

Certaines d'entre elles se sont constituées en réseaux : NRJ, FUN, Europe 2, Nostalgie, RFM, Pacific FM, Chic FM, Kiss FM, Maxximum, etc

 

Ainsi, au milieu des années 80, il était enfin possible en France d'écouter de véritables radios musicales privées.

 

Puis Europe 1, RMC, RTL et Sud Radio ont été autorisées sur la bande FM.

 

Beaucoup de radios locales ont cessé leurs émissions, faute de ressources suffisantes.

 

Du côté des réseaux, certains ont disparu, d'autres ont changé de propriétaire, rachetés pour la plupart par RTL, Europe 1, et par le nouveau venu dans la cour des grands, NRJ.

 

Peu à peu, les réseaux musicaux se sont transformés en radio généralistes, introduisant de nouvelles rubriques : météo, horoscope, informations routières, jeux et chroniques diverses, sans oublier les interminables conversations téléphoniques avec les auditeurs, les fameuses

"libre antennes", souvent d'un goût douteux.

 

A tout cela s'ajoute une très grande quantité de spots publicitaires : les affaires sont les affaires !

 

Malheureusement, les radios de haute mer ont disparu. Radio Andorre s'est arrêtée en 1981,

Sud Radio et RMC ont perdu leur âme, transformées en vulgaires "talk radios".

 

Ainsi, 40 ans après la fin du monopole, trois ou quatre groupes financiers contrôlent la quasi-totalité des radios privées françaises. A certaines heures de la journée, comme dans les

années 70, il est de nouveau impossible d'écouter dix minutes de musique sans interruption.

 

Retour à la case départ…

 

 Retour page d'accueil