EDITORIAL

 Retour page d'accueil

 

 

Emission spéciale : Radio Andorre, 80 ans

 

La Principauté d'Andorre a connu un rayonnement international grâce à la radio.

Radio Andorre a commencé officiellement ses émissions le 7 août 1939.

 

En hommage à la station légendaire de la Principauté, Atlantic 2000 a réalisé une émission spéciale consacrée aux 80 ans de la naissance de Radio Andorre.

 

Cette émission a été diffusée le samedi 10 août 2019 sur 6070 kHz et sur Internet, de 08:00 à 09:00 TU. L'émission est disponible en Podcast.

 

Ce programme a été très écouté. Sa diffusion a entraîné un grand nombre de connexions.

Nous avons reçu 2 fois plus de rapports d'écoute que d'habitude. Le Podcast a été très sollicité, et continue à l'être plusieurs semaines après.

 

Il est remarquable de constater que même parmi les auditeurs qui ne comprennent le français, presque tous connaissent Radio Andorre, et ceci près de 40 ans après la fin de ses émissions.

Un auditeur japonais nous a fait parvenir la copie d'une carte QSL qu'il avait reçue après avoir écouté Radio Andorre en ondes courtes depuis le Japon en 1980, alors que la puissance des émetteurs ondes courtes de Radio Andorre ne dépassait pas 10 kilowatts !

 

Le 13 septembre 2009, nous avions diffusé une émission spéciale à l'occasion des 70 ans de la naissance de Radio Andorre. Cette émission est toujours disponible en Podcast.

 

 

 

Silence, on démolit…

 

En mars 2018, RTL quittait définitivement les studios de la rue Bayard à Paris, pour s'installer à Neuilly, où se trouve également la chaîne de télévision M6, désormais propriétaire de RTL.

Depuis ce déménagement, l'immeuble historique du 22 rue Bayard a été démoli. La construction d'un nouvel immeuble est prévue.

 

A peine plus discrètement, les démolisseurs sont à l’œuvre du côté de la direction de M6. Se voulant seul maître à bord, Nicolas de Tabernost, président de M6, vient de remercier poliment le patron de RTL, Christopher Baldelli, qui était pourtant loin d'avoir démérité.

Quant à Elisabeth Martichoux, elle est priée d'arrêter son interview politique matinale. En réaction à cette décision, elle a décidé de quitter RTL pour LCI.

Petit doigt sur la couture du pantalon, je ne veux voir qu'une seule tête ! Ainsi va l'indépendance de la radio, version M6.

Mais peut-on encore parler de radio ? En effet, le successeur de Christopher Baldelli, Régis Ravanas, transfuge de TF1, est nommé  Directeur Général des activités audio du groupe M6, et non des radios.

 

Le samedi 24 novembre 2018, Europe 1 quittait définitivement ses locaux historiques de la rue François 1er, qu'elle occupait depuis 1955, pour s'installer rue des Cévennes, dans le 15ème arrondissement de Paris. L'immeuble de la rue François 1er va être entièrement rénové.

L'audience continue de chuter, malgré ou plutôt à cause des multiples changements de programmation. Pour mémoire, c'est ainsi que le groupe Lagardère avait enterré l'éphémère chaîne de télévision "La Cinq" en 1992.

 

Le fait que ces deux radios quittent leur siège historique pour s'installer dans de nouveaux locaux n'a rien de rassurant.

Lorsque Radio Monte-Carlo a quitté l'immeuble du 16 Boulevard Princesse Charlotte pour s'installer dans ses nouveaux locaux sur le port de Monaco, le déménagement a précédé de peu la fermeture de la station.

 

Fin 2000, Alain Weill démissionne du groupe NRJ, pour créer NextRadio. Après avoir racheté Radio Monte-Carlo, il licencie la quasi-totalité du personnel.

Depuis la région parisienne, il lance alors sur les anciennes fréquences de Radio Monte-Carlo, une nouvelle radio, RMC Info, où la musique est définitivement bannie de l'antenne. En 2005, avec la création de BFM-TV, NextRadio devient NextRadio TV. La réussite commerciale est indiscutable, mais en tant que telle, Radio Monte-Carlo n'existe plus.

 

Même scénario concernant Sud-Radio. Après avoir été chassée de la Principauté d'Andorre en 1981, la station s'est repliée sur Toulouse. Tout comme ses consoeurs citées plus haut, Sud-Radio déménage vers des locaux plus spacieux. Elle s'installe à Labège, dans la banlieue de Toulouse.

Les reventes successives de la station entraînent autant de nouvelles grilles de programmes, ce qui fait fuir l'auditoire. Le dernier démolisseur en date est le groupe Fiducial, qui à son tour licencie la majeure partie du personnel, en fermant les studios de Labège, pour s'installer à Paris en 2017.

De Sud-Radio, il ne reste donc que le nom.

 

Souhaitons à RTL et Europe 1 de ne pas subir le même sort.

 

 

 

37ème anniversaire

 

Après plusieurs années sur la bande FM, Atlantic 2000 a diffusé sa première émission en ondes courtes le 6 juin 1982, sur 7325 kHz dans la bande des 41 mètres.

Ainsi est née Atlantic 2000 International. C'était il y a 37 ans.

 

A l'occasion de ce 37ème anniversaire, nous vous avons proposé une émission spéciale d'une durée de 2 heures le samedi 8 juin de 08:00 à 10:00 TU. La 1ère heure, de 08:00 à 09:00 TU a été diffusée sur 6070 kHz et sur Internet. Quant à la 2ème heure, de 09:00 à 10:00 TU, elle a été diffusée uniquement via Internet.

 

Le dimanche 9 juin de 19:00 à 20:00 TU, nous étions de retour sur 6070 kHz et sur Internet pour vos dédicaces.

 

Ces 2 émissions sont disponibles dans nos Podcasts.

 

Une e-QSL spéciale 37ème anniversaire a été éditée pour l'occasion. Pour l'obtenir, il suffit de nous envoyer un rapport d'écoute détaillé.

 

 

 

Message trompeur

 

Les 9 et 10 février, nous avons diffusé nos premières émissions en ondes courtes de l’année 2019. Le samedi, nous étions sur 6070 kHz, et le dimanche sur 7440 kHz.

 

Les émissions étaient en parallèle sur Internet, mais certains auditeurs n’ont pas pu accéder à notre site. Un message d’erreur indiquait que notre site était "trompeur", et pratiquait l’hameçonnage,

ou pishing, afin de collecter des données personnelles. Evidemment, ce n’était pas le cas.

Nous n’avons jamais collecté aucune donnée personnelle.

Notre site avait cependant été classé comme "trompeur" par Google, probablement suite à un signalement abusif à répétition effectué par un tiers utilisant de nombreuses fausses identités.

 

Si un tel acte de malveillance a vraiment été commis, il aura  produit l’effet inverse. Les auditeurs

se sont reportés sur les ondes courtes, ce qui a entraîné une augmentation conséquente du nombre de rapports d’écoute. Par ailleurs, certains auditeurs ont ignoré le message de Google, et se sont connectés en toute confiance à notre site.

 

Par sécurité, nous avons désactivé notre site pendant quelques jours et nous en avons profité pour le rénover. Nos Podcasts sont désormais hébergés par un prestataire extérieur, Mixcloud.

Par ailleurs, nous avons déposé une requête auprès de Google, afin d'identifier précisément l'origine du signalement abusif dont nous avons été l'objet.

 

Nous remercions les nombreux auditeurs qui nous ont apporté leur soutien à la suite de cet incident.

 

 

 

Nouvel émetteur, nouvelle fréquence

 

Depuis 2015, Atlantic 2000 diffuse régulièrement ses émissions sur 6070 kHz, dans la bande des 49 mètres, sur l’émetteur de Rohrbach, en Allemagne, exploité par Channel 292.

 

Channel 292 vient de mettre en service un second émetteur sur 7440 kHz, avec une puissance

de 7,5 kW. Les tests effectués par la station sont très encourageants, le signal étant reçu dans d’excellentes conditions dans une bonne partie de l’Europe, et sur d'autres continents.

 

Le samedi 15 décembre 2018, notre émission a été diffusée sur la fréquence habituelle de 6070 kHz de 09:00 à 10:00 UTC, avec une puissance de 10 kW.

 

Le dimanche 16 décembre, de 09:00 à 10:00 UTC, nous avons diffusé une seconde émission inédite, mais cette fois sur 7440 kHz avec une puissance de 7,5 kW. L’occasion pour Atlantic 2000 de faire son retour dans la bande des 41 mètres.

 

L'opération a été renouvelée avec succès les 9 et 10 février 2019, avec deux programmes différents, le samedi sur 6070 kHz, puis le dimanche sur 7440 kHz. Ces deux émissions sont disponibles en Podcast ici

 

 

 

Retour à la case départ

 

A la fin des années 70, aucune radio privée n'était autorisée en France. Radio France était la seule radio à pouvoir émettre depuis l'hexagone. C'était le monopole d'état, qui durait depuis la seconde guerre mondiale.

 

De ce fait, les radios privées françaises émettaient depuis les pays frontaliers : RTL au Luxembourg, Europe 1 en Allemagne, Sud-Radio et Radio Andorre en Principauté d'Andorre,

et RMC, théoriquement depuis Monaco.

 

Cette dernière bénéficiant d'une dérogation, ses émetteurs étaient en réalité sur le sol français. Comme elles étaient situées à la périphérie du territoire, on les appelait les radios "périphériques".

 

Sur la radio publique concurrente France Inter, on les appelait les "marchands de soupe", terme peu élogieux, qui faisait allusion aux très nombreux spots publicitaires diffusés à l'antenne.

 

En effet, pour écouter de la musique pendant dix minutes consécutives sur RTL, Europe 1 ou RMC, c'était mission impossible. Entre 7 heures et 9 heures du matin, vous deviez subir sur ces trois radios, souvent à la même heure, les revues de presse, horoscope, chronique économique, l'invité politique du jour, les jeux téléphoniques, les informations, le rappel des titres, la météo, les informations routières…

 

Et parfois, un petit bout de chanson que l'on coupait très vite pour passer la publicité qui envahissait l'antenne toute la journée.

 

Heureusement, dans le nord, on recevait les radios de haute mer : Caroline, Mi Amigo, puis, dans les années 80, Laser 558 et Monique.

 

Dans le sud, on pouvait écouter de la musique sur Radio Andorre et Sud Radio. Et le soir, Radio Luxembourg 208 couvrait toute l'Europe.

 

Puis arriva la fameuse libération des ondes. Au début des années 80, des centaines de stations firent leur apparition sur la bande FM.

 

Mais contrairement à la Grande-Bretagne et aux Pays-Bas, où les ondes ont été libérées par des radios de haute mer à dominante musicale, la France a choisi d'autres voies.

 

Bon nombre de radios étaient à caractère politique ou associatif, avec des programmes sans grand intérêt.

 

Quant aux radios musicales, c'était surtout la quantité, mais pas la qualité. En 1981, une radio libre française, c'était un émetteur relié à un magnétophone autoreverse, diffusant toute la journée la même bande musicale.

 

Passé l'amateurisme du début, de véritables radios musicales sont apparues.

 

Certaines d'entre elles se sont constituées en réseaux : NRJ, FUN, Europe 2, Nostalgie, RFM, Pacific FM, Chic FM, Kiss FM, Maxximum, etc

 

Ainsi, au milieu des années 80, il était enfin possible en France d'écouter de véritables radios musicales privées.

 

Puis Europe 1, RMC, RTL et Sud Radio ont été autorisées sur la bande FM.

 

Beaucoup de radios locales ont cessé leurs émissions, faute de ressources suffisantes.

 

Du côté des réseaux, certains ont disparu, d'autres ont changé de propriétaire, rachetés pour la plupart par RTL, Europe 1, et par le nouveau venu dans la cour des grands, NRJ.

 

Peu à peu, les réseaux musicaux se sont transformés en radio généralistes, introduisant de nouvelles rubriques : météo, horoscope, informations routières, jeux et chroniques diverses, sans oublier les interminables conversations téléphoniques avec les auditeurs, les fameuses

"libre antennes", souvent d'un goût douteux.

 

A tout cela s'ajoute une très grande quantité de spots publicitaires : les affaires sont les affaires !

 

Malheureusement, les radios de haute mer ont disparu. Radio Andorre s'est arrêtée en 1981,

Sud Radio et RMC ont perdu leur âme, transformées en vulgaires "talk radios".

 

Ainsi, plus de 30 ans après la fin du monopole, trois ou quatre groupes financiers contrôlent la quasi-totalité des radios privées françaises. A certaines heures de la journée, comme dans les

années 70, il est de nouveau impossible d'écouter dix minutes de musique sans interruption.

 

Retour à la case départ…

 

 Retour page d'accueil